ParisWeb-Logo
< < Articles

Aude Planchamp, Ingénieur Front chez ekino revient sur la conférence Paris Web 2018

08/11/2018

Team ekino : Pourquoi tu avais envie d’aller à cette conférence ?

Aude : L’accessibilité était au cœur de la conférence Paris Web. Chez ekino, nous sensibilisons nos développeurs à celle-ci et chaque employé peut notamment passer la certification Opquast. L’ayant faite moi-même, je trouvais intéressant de rencontrer des personnes mobilisées sur ce sujet ainsi que des conférences où la qualité est primordiale.

TE : Quels sujets ont été abordés ?

Aude : Il y avait plusieurs sujets, mais il y en a quelques-uns qui m’ont plus marqué que d’autres :

  • Le retour d’expérience d’Agnès Haasser (@tut_tuuut) sur les « boulettes » que l’on fait en tant que développeur. Premièrement cela aide à relativiser, deuxièmement elle a donné des conseils sur la manière d’éviter les erreurs (lorsque cela est possible, car en réalité il arrive toujours un moment où l’on se trompe). J’étais contente de constater que la majorité des actions sont déjà réalisées chez ekino (faire des pull request, automatiser les actions de mise en production, rendre difficile/longue une action qui ne doit être faite qu’en dernier recourt…). J’ai retenu quelque chose qui pourrait être une bonne idée : partager sa « boulette » en interne et expliquer comment elle a été résolue.
  • Les WebExtensions par Daniel Glazman (@glazou) qui a régulièrement recours à des WebExtension pour son produit. J’ai retenu que dû au manque de spécifications/standards et donc aux différences de latitude ou de documentation entre navigateurs, il vaut mieux éviter de travailler avec.
  • « History of web security » par April King (@aprilmpls) (conférence en Anglais) et « RGPD & ePrivacy : ce que vous devez savoir pour votre site » par Laurie-Anne Bourdain (@LaurieAnneB). Ces deux conférences m’ont particulièrement intéressées dans le sens où la sécurisation des données de nos utilisateurs est primordiale. La conférence d’April King s’est plus focalisée sur l’aspect technique du transport de l’information et des manières de protéger les flux de données. La conférence nous montre que beaucoup de progrès ont été faits dans ce sens, mais qu’il faut quand même rester vigilant et s’investir sur ce sujet pour chaque projet. La conférence de Laurie-Anne est restée, à l’inverse, très théorique et a approfondi les bases du RGPD.
  • L’accessibilité au-delà des spécifications par Hugo Giraudel (@HugoGiraudel), développeur pour N26 (banque en ligne allemande). La conférence a détaillé les différentes techniques à mettre en place dans son code pour rendre son site accessible. J’ai été interpellé par cette conférence car je suis notamment cliente de N26, et mon expérience utilisateur avec leur application est très satisfaisante. J’ai été d’autant plus étonnée de réaliser qu’en plus d’être une application web user-friendly en terme d’UX, elle est accessible. Aujourd’hui, peu de clients se soucient de l’accessibilité, j’ai alors demandé au conférencier comment/pourquoi la banque N26 était sensibilisée sur le sujet. Il s’avère que c’est Hugo Giraudel lui-même qui a porté ces changements et qui petit à petit diffuse la « bonne parole » aux différents services.

TE : Qu’est ce qui t’as le plus marqué ?

Aude : Ce qui m’a le plus marqué est la sensibilisation des personnes présentes à l’accessibilité. La conférence en elle-même s’est donnée du mal pour être accessible (casque de traduction anglais/français, traduction en langue des signes, vélotypie…).

TE : As-tu appris quelque chose que tu aimerais partager ?

Aude :

  • Pas de stress quand on fait une boulette, pour éviter la « surboulette ». Il faut prévenir, demander de l’aide, analyser puis corriger ; le tout dans le calme.
  • L’accessibilité, ce n’est pas impossible et ça peut se faire petit bout par petit bout.
  • Soyons à la hauteur de nos clients qui nous font confiance avec leurs données, protégeons-les correctement.

TE : Si tu devais résumer la conférence en 1 mot ?

Aude : Diversifiée.