Energie
< < Articles

Les technologies Blockchain au service du secteur de l'énergie

09/04/2019

Le secteur de l’énergie est en pleine transformation : après l’ouverture du marché à la concurrence, nous avons vu les premiers opérateurs 100% en ligne émerger. Il existe désormais des compteurs qui assurent un suivi plus précis de la consommation ; et nous pouvons voir de plus en plus de particuliers devenir des producteurs d’énergies renouvelables. Les technologies Blockchain vont elles aussi apporter leur pierre à l’édifice en améliorant les systèmes actuels, tout en ouvrant de nouvelles opportunités.

Dans cet article, nous étudierons les quelques cas d’usage potentiels des technologies Blockchain dans le secteur de l’énergie. Nous essaierons d’estimer d’une part s’il s’agit d’un besoin existant ou émergeant, et d’autre part si la technologie est suffisamment mature pour répondre à celui-ci.

Capture d’écran 2019-04-09 à 11.04.29

Minage

Le minage de crypto-monnaies est un cas d’usage déjà bien connu : le mécanisme de sécurisation de crypto-monnaies appelé “Preuve de travail” nécessite une grande quantité d’énergie électrique, de façon à garantir que le coût d’une attaque sur le réseau soit supérieur au gain potentiel de celle-ci. Afin d’avoir suffisamment de puissance de calcul attribuée à la sécurisation du réseau, les “mineurs” sont récompensés par le réseau en crypto-monnaie. Ainsi, de nombreuses entreprises se sont créées autour de cette activité que l’on appelle le “minage de crypto-monnaies”. Afin de réduire les coûts liés à l’énergie, un certain nombre d’entre eux plébiscitent les énergies renouvelables, capitalisant sur l’énergie produite en surplus dans les centrales renouvelables pour avoir des tarifs plus faibles.

Cela peut donc être pris en compte dans les calculs de ROI pour les projets de centrales renouvelables : plutôt que de perdre une énergie produite mais non utilisée, il est possible de l’utiliser pour miner des crypto-monnaies et ainsi rentabiliser plus vite l’investissement. L’utilité est donc réelle pour le secteur de l’énergie, et la technologie d’ores et déjà industrialisée comme nous pouvons le voir avec le marché du minage de crypto-monnaies qui se développe depuis plusieurs années.

Traçabilité

Une des problématiques de la consommation énergétique est le suivi de la source de l’électricité qui est consommée. Dans le cadre de contrats verts par exemple, cela peut être problématique : comment est-il possible de garantir au consommateur que l’énergie qu’il consomme provient directement de centrales renouvelables ? Engie et Ledger travaillent sur un appareil garantissant la source de l’énergie qui est produite, et la stockant sur une blockchain. Cela permet notamment de fournir de la transparence aux utilisateurs. Ces capacités de traçabilité peuvent aussi être utiles aux boucles locales - les réseaux de production électrique de pair à pair -, permettant aux utilisateurs de s’échanger entre eux l’énergie. De plus, elles peuvent permettre de simplifier les échanges entre différents opérateurs - par exemple dans le cas des ventes de ressources entre pays.

Il est d’ores et déjà possible d’industrialiser ces projets dans une certaine échelle comme le montrent Engie et Ledger, et le besoin est réel pour les consommateurs. De plus, les prospectives liées à la traçabilité sont nombreuses, il s’agit donc d’un sujet particulièrement intéressant dès aujourd’hui.

Smart grids

La précision des données est capitale pour permettre la prise de décision automatisée dans le cadre des smart grids - ces projets d’optimisation des flux électriques par l’informatique -, c’est pourquoi le sujet de la traçabilité à lui seul encouragera le développement des capacités de répartition intelligente de l’énergie. Couplé au minage au plus proche des centrales, nous avons une nouvelle capacité de réduire les pertes d’énergie liées à la surproduction renouvelable. Les technologies Blockchain, de par leur capacité à transférer de la valeur, vont aussi permettre le développement des boucles locales tout en rémunérant les opérateurs maintenant le réseau électrique. Ces boucles locales, de par leur usage plus réduit du réseau, permettent de minimiser les pertes en ligne.

Le besoin est donc présent, et les capacités techniques existent, bien qu’elles n’aient pas encore toutes été mises en commun. Les premiers projets de micro-grids (boucles locales) portés par les technologies Blockchain sont en cours de développement, tel cet exemple à Brooklyn. Les avancées Blockchain pour les smart grids sont la somme des avancées permises sur différents éléments, de la traçabilité à la boucle locale, en passant par notre prochain cas d’usage : la remontée d’anomalies pour les réseaux.

Monitoring

Associées à l’Internet des Objets, les technologies Blockchain peuvent aider à la mise en place d’un système de monitoring intelligent, qui permettra de réduire le temps d’intervention lors d’une panne ou encore de les anticiper. L’IoT permet de mesurer précisément les données propres à chaque équipement, et les technologies Blockchain de par leur protocole peer to peer peuvent garantir l’intégrité des données transmises. Imaginons par exemple un branchement pirate sur une ligne électrique possédant un système de monitoring consistant seulement d’un boîtier IoT : si le pirate connaît l’existence du boîtier, il sera à même de le contourner, ou de lui faire envoyer de fausses informations. Si nous intégrons ce boîtier aux autres de façon à ce que l’ensemble des boîtiers du réseau valide l’intégrité des données - sur le même modèle que les nœuds Bitcoin valident les blocs construits par les mineurs - les boîtiers des autres équipement pourront alors remonter l’information que l’équipement envoie des informations erronées par rapport aux données auxquelles ils ont accès.

Les problématiques de scalabilité inhérentes aux technologies Blockchain rendent la mise en place de ce type de système encore complexe, cependant des solutions commencent à émerger. Des projets tels que IOTA cherchent à adresser les problématiques propres aux interactions entre Blockchain et IoT, permettant ainsi de débuter des expérimentations sur le sujet.

Il existe encore de nombreux cas d’usage des technologies Blockchain pour le secteur de l’énergie, dont certains sont encore à identifier. Nous n’en avons abordé que quelques uns, alors n’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez en savoir plus !