07/10/2021 5 Minutes read

L’upskilling, un enjeu incontournable pour relever les défis numériques de demain ?

Le secteur digital, porté par des avancées technologiques en constante évolution, nécessite une adaptation permanente des entreprises aux nouveaux modèles, méthodologies et outils qui viennent disrupter leurs marchés. Dans cette dynamique, l’upskilling se révèle comme une grande tendance de l'ère numérique et reflète bien sa force motrice, à savoir le changement. L'upskilling, ou montée en compétences, désigne le processus de développement de compétences au sein d’une organisation. C’est-à-dire inculquer des compétences qui vont permettre aux employés d’une entreprise de s’armer face à la concurrence et relever les défis de demain.

Investir dans l’upskilling : Quels sont les enjeux ?

Le déficit de compétences

Si les technologies créent une infinité de nouvelles opportunités de croissance et de compétitivité sur les marchés, l’upskilling répond avant tout à une pénurie mondiale de compétences, tant en interne que sur le marché de l’emploi. En effet, selon le « Global CEO Survey, » une étude de PwC , 41 % des dirigeants français analysent le déficit de compétences comme un frein à la croissance.

Une entreprise compétitive doit aujourd’hui disposer d’un capital humain capable de se moderniser dans le temps afin d’exploiter les technologies et anticiper les menaces qui planent sur la durabilité des compétences et des outils en vigueur. 

Ce phénomène de pénurie est particulièrement visible au niveau des expertises technologiques et informatiques, où l’on constate une forte demande pour des formations aux compétences et outils techniques.

Les coûts de rotation

Ce décalage entre les postes vacants nécessitant de nouvelles compétences et le nombre de profils qualifiés pour les occuper se répercute également sur les budgets, entraînant des coûts de rotation de plus en plus élevés. Les chiffres sont d’autant plus importants dans les secteurs du commerce et des nouvelles technologies, où le remplacement d’un employé hautement qualifié peut coûter jusqu’à 300 % de son salaire annuel. 

En cherchant à capitaliser sur les effectifs actuels, une démarche d’upskilling bien ciblée vient également s’inscrire dans une logique d’optimisation des ressources humaines, et donc de rentabilité. Bien qu’un investissement initial soit nécessaire, celui-ci est bien inférieur aux coûts induits par la rotation de postes techniques, et sa valeur ne fait que se renforcer au fil du temps.

La Crise COVID-19

Si les raisons évoquées ci-dessus ont incité de nombreuses entreprises à mettre en œuvre des programmes d’upskilling ces dernières années, la crise sanitaire n’a fait que renforcer le phénomène. Les marchés étant en transition entre la reprise et le renouveau, la volatilité et l’incertitude sont désormais monnaie courante pour tous. Et tout porte à croire que la situation risque de perdurer, les entreprises doivent donc investir dès maintenant dans la formation de leurs équipes afin de sortir plus fortes de la crise.

C’est bien là que réside le véritable avantage concurrentiel; dans la capacité d’une entreprise à se développer, c’est-à-dire à renforcer les compétences de ses employés, indépendamment du contexte.

Comment mettre en place un programme de montée en compétence ?

Sans grande surprise, le mouvement a déjà été lancé chez de nombreuses entreprises. Le géant du commerce en ligne Amazon a notamment annoncé en 2019 un engagement de plus de 700 millions de dollars dans son programme Upskilling 2025, visant à développer les compétences de ses employés. Si les entreprises françaises sont bien conscientes de l’enjeu, certaines peinent encore à mettre en place des initiatives d’upskilling efficaces au service de leur activité.

Toujours selon l’étude « Global CEO Survey » de PwC, 26% des dirigeants français estiment qu’ils manquent de ressources (temps, budget, personnes et connaissances) pour mener à bien des programmes d’upskilling, tandis que 12% ne savent pas de quelles compétences ils auront besoin demain.

Personne ne peut prédire avec certitude quelles seront les compétences et outils qui viendront révolutionner leur secteur d’activité dans les années à venir, et dans quelle proportion. Néanmoins, un certain nombre de critères reste à prendre en compte afin d’exploiter au mieux un programme d’upskilling.

La stratégie de votre entreprise

Les initiatives de formation sur des compétences nouvelles sont généralement soutenues par des entreprises ayant une vision long-terme, qui ont réfléchi en profondeur aux éléments commerciaux et sociaux qui participent à la croissance de leur région, pays ou secteur. Investir dans les compétences de son personnel, c’est préparer ses collaborateurs à occuper les futurs postes moteurs de l’activité de demain, et ainsi pérenniser une vision et un investissement stratégique à long terme.

Vos besoins VS vos ressources

Une analyse approfondie est nécessaire pour comprendre ce dont vous avez réellement besoin et sur quelles compétences, ou métiers, vous devez investir. Cela implique une réflexion d’ensemble dans le cadre d’une gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC), et dont le but est d’adapter les ressources humaines dans la conduite du changement.

Flexibilité et adaptation

Outre les compétences visées selon son secteur, vous devez également vous interroger sur votre mode de fonctionnement. Pour qu’un programme d’upskilling soit efficace, il convient de le déployer au sein d’une infrastructure qui favorise une culture d’apprentissage axée sur l’agilité, l’innovation et l’intelligence collective.

Pour assurer une réelle montée en compétences, cela nécessite également un encadrement adapté aux participants. S’il n’existe pas de solution unique pour toutes entreprises, il est nécessaire de se tourner vers des formations dont la pédagogie est adaptée aux métiers et aux secteurs concernés. C’est dans ce sens que notre organisme de formation ekino.U souhaite accompagner les entreprises. Qu’il s’agisse d’une approche transversale visant l’ensemble de l’entreprise, ou en vue d’un besoin métier spécifique, nos formateurs veillent à concevoir des parcours adaptés aux enjeux du client.

Retour d’expérience : Formation d’équipes client sur Typescript

Dans un monde du développement web en perpétuelle évolution, les tendances vont et viennent et ne sont pas toujours entièrement en phase avec les pratiques en place, d’où la nécessité de former et faire évoluer ses collaborateurs en permanence. C’est d’ailleurs ainsi qu’est née notre formation sur le langage de programmation Typescript. A cette époque, notre client, acteur français de la VOD, avait pris la décision de migrer vers Typescript et se devait donc de mettre ses équipes à niveau sur cette technologie. En tant qu’organisme de formation agréé avec un historique de réalisations fructueuses pour le groupe, ekino a été sollicité afin d’accompagner les équipes client dans cette démarche.

Typescript est un langage de programmation de plus en plus présent dans l’écosystème technologique, et un excellent exemple des innovations qui appellent à l’upskilling. Sa capacité à gérer de gros projets explique en partie son succès actuel, mais la polyvalence et compatibilité de Typescript en font également une solution qui s’inscrit dans la durée.

Déroulement de la formation

Dans un premier temps, nous avons interrogé le client pour identifier les besoins techniques et le champ d’application recherché. L’équipe client ainsi que son responsable ont alors été interrogés par nos consultants formation en vue de cadrer le projet et répondre aux éventuelles interrogations. Auteurs des formations dispensées, nos experts techniques ont ensuite conçu un parcours sur mesure selon les spécifications du client et tout autre critère identifié lors des entretiens.

En s’appuyant sur son expérience Typescript dans le cadre de multiples projets, Aude Planchamp, auteure de la formation, avait à cœur de transmettre ses connaissances. Son approche se concentre sur les cas concrets sur lesquels elle a travaillé et des solutions pragmatiques issues de son expérience opérationnelle.

Avec un suivi et une évaluation continue via des travaux pratiques individuels et collectifs, les participants ont bénéficié d’un apprentissage actif et adapté à la fois aux besoins de l’équipe mais aussi en fonction de chaque individu, de son niveau d’expertise et de son poste. 

Internaliser les compétences via la transmission

Lorsque de nouvelles compétences sont acquises à l’issue d’une formation, l’intérêt est de pouvoir les restituer au sein de l’entreprise et ainsi favoriser le partage de connaissances. Comme nous l’avons évoqué, la culture de l’entreprise y est pour beaucoup à cet égard. Forte de son expertise dans de nombreux domaines, notre agence a toujours voulu favoriser une culture d’échange et d’apprentissage. Et si nos experts formateurs sont aujourd’hui fiers de transmettre ce qu’ils ont appris au fil de leurs projets, cette vision va au-delà de nos formations et s’étend sur l’ensemble du groupe ekino. Le junior est coaché par le confirmé, le confirmé par le senior, et c’est ainsi que nos équipes enrichissent constamment leurs propres connaissances. Quel que soit le métier, le niveau d’expertise ou d’expérience, ce système d’encadrement permet une transmission continue. Cela fait partie de notre ADN, et nous a naturellement conduit à la création notre propre organisme de formation : ekino.U.

Contact

Vous avez des questions sur des programmes d’upskilling ou des projets de formations ?

Contactez-nous