Covid-19 Archives - Ekino FR

Le contexte

Mars 2019 : cela ne fait que quelques mois que nous travaillons ensemble. Nous sommes une équipe composée de 6 développeurs présents sur un même plateau. Nous collaborons en SCRUM, et sommes encore en train d’adapter le système afin que ce dernier nous convienne.

Ce dernier est relativement classique : nous disposons d’un management visuel que nous mettons à jour quotidiennement sur le plateau. Nous profitons de notre proximité afin d’optimiser les flux de production (échanges oraux, peer programming, etc.). Notre Product Owner (PO) est d’ailleurs régulièrement parmi nous sur le plateau.

Il s’agit d’un projet stratégique : la refonte de la plateforme marketing (sites institutionnels, marques dans 50+ pays) d’un groupe du CAC40. Notre première release est prévue pour le mois de mai. Il s’agissait d’un objectif très ambitieux compte tenu des attentes de nos sponsors.

Au lendemain des annonces du gouvernement et passé le vent de panique, notre première réaction a été de réfléchir aux impacts concrets de cette perte de proximité physique, et aux ajustements possibles.

Allier agilité et travail à distance

Adapter les modes de communication

La communication est une clé de succès universelle, et pas seulement propre à l’agilité. La proximité physique permet un échange direct, facile à mettre en place, facilitant grandement la compréhension mutuelle des protagonistes. 

Bien sûr, de nombreuses solutions existent pour allier travail à distance et communication de qualité. Mais il semble impossible de remplacer la communication orale et directe, tout particulièrement lorsqu’il s’agit de toutes les micro-interactions qui font la vie d’un projet. Le choix des outils a donc été déterminant afin de continuer à communiquer efficacement. Il a cependant fallu déterminer et optimiser leurs usages.

En effet, la distance entre les individus implique de multiples enjeux, notamment :

·       S’assurer de la bonne réception des communications

·       S’assurer de la réactivité des interlocuteurs

·       Ne s’adresser qu’aux personnes concernées

·       Éviter le sentiment de flood

Ainsi, la configuration de nos outils de communication – et notamment le Slack projet – a indéniablement été l’un des facteurs clés de succès.

Nous avons fait le choix de réorganiser nos canaux en créant de nombreux canaux thématiques permettant d’échanger rapidement et de manière ciblée sur des sujets dédiés (problématiques front, back, testing, produit, etc.). Nous avons également mis en place un certain nombre de règles de bonnes pratiques à respecter afin d’éviter le flood intempestif de ces canaux dédiées (avec un canal « random » mis en place pour toutes les interactions d’équipe n’étant pas en lien direct avec le projet).

Ayant mis un place un support à destination des webmasters, nous avons également utilisé le Slack pour faciliter les échanges entre les webmasters et les parties prenantes du projet, notamment lors des phases de migration et de contribution précédant une release.

Une grande partie des micro-interactions entre les différents membres de l’équipe concernent les questions relatives au produit, à sa valeur et à son fonctionnement. Remplacer ces interactions peut être difficile, mais notre choix s’est porté sur la mise en place d’un canal dédié, ainsi que d’une salle de visio-conférence (Zoom) ouverte en permanence sur laquelle nous avons encouragé chacun à se connecter afin de maintenir des échanges oraux éventuellement complétés d’un partage d’écran.

Réinventer l’animation des rituels projets

Les rituels rythment la vie d’une équipe agile. Difficile de remplacer la proximité physique pour les animer, et notamment les rétrospectives.

Le daily

Rituel quotidien pour commencer la journée. Il a lieu sur Zoom en partage d’écran avec le JIRA projet pour illustrer les sujets abordés.

Le principal enjeu ici a été de respecter les délais que nous nous imposons. Nous avons donc mis un ensemble de règles et de bonnes pratiques afin de résoudre ce problème :

·       Sans bâton de parole, nous avons pris l’habitude de nous exprimer par ordre alphabétique (en inversant le vendredi : on évite la monotonie autant que possible !)

·       Les discussions relatives à des sujets complexes sont abrégées, et un point ad-hoc est immédiatement organisé

Le sprint planning

L’animation des sprint plannings a été un challenge moins évident à relever que celui du daily. Zoom reste l’outil de prédilection pour l’organiser, en partage d’écran lorsque le Product Owner présente la User Story à estimer. 

Exit nos jeux de poker planning. Bien qu’il existe aujourd’hui des outils en ligne le simulant, nous avons fait au plus simple en utilisant une feuille de calcul. Cela nous permet également de conserver une trace de l’ensemble de nos sprints plannings. Une cellule est réservée à chaque développeur dans laquelle il insère son estimation, chacun valide sa saisie en même temps.

Matrice de poker planning à distance

Nous avons également organisé des sessions d’affinage au besoin (ou backlog refinement), afin d’éviter que nos sprints plannings s’éternisent. Ces séances ont été animées de la même manière.

Les feuilles de calcul de la suite Google permettant l’utilisation de scripts, nous avons interfacée la suite  à notre JIRA afin de suivre en direct le nombre de points estimés par typologie de User Story et par Statut (Ready, WIP, etc…), dans une logique d’optimisation de la durée des rituels.

La rétrospective

C’est pour les rétrospectives que l’absence de présence physique s’est le plus fait sentir. Il a fallu beaucoup de créativité pour renouveler les différents ateliers sprint après sprint, compte tenu de cette nouvelle contrainte.

La principale réponse que nous avons apportée à cette problématique est l’utilisation d’outils tels que Draft ou Mural, qui ont permis de matérialiser un espace virtuel commun facilitant la participation et l’engagement de tous les participants.

Cependant, leur utilisation nécessite un temps de préparation largement revu à la hausse pour proposer une rétrospective de qualité et remplissant ses objectifs d’amélioration continue.

La démonstration

Les démonstrations n’ont pas été un obstacle. Préparées en amont, elles sont menées sur Zoom, avec un simple partage d’écran. Les uns après les autres, les développeurs présentent le travail réalisé durant le sprint. Nous récoltons le feedback des personnes présentes, qui viennent parfois enrichir le backlog.

Prévenir les conséquences de l’isolement social

La crise sanitaire a également eu un effet délétère sur notre santé mentale en supprimant le lien social. Et l’humain doit toujours être pris en considération dans un contexte d’équipe, encore plus en cette période.

Il n’y a bien sûr pas de solution miracle pour répondre à l’isolement qu’ont subi certains durant cette crise, mais savoir l’identifier et faire preuve de solidarité aura permis d’en limiter autant que possible les impacts.

Même à distance, multiplier les interactions via le chat ou les visioconférences permet de conserver un lien. Faire preuve de proactivité et s’intéresser à l’autre lors de réunions en 1 to 1 notamment aura permis d’identifier les personnes en détresse et de prendre des mesures afin de les accompagner dans les moments difficiles – mesures qui parfois se résument à organiser une vidéo conférence informelle afin de parler d’autre chose que du travail autour d’un verre.

Formation agile : un prérequis pour garantir l’efficience du groupe

Tout projet agile requiert au préalable une bonne compréhension des rôles et responsabilités de chacun afin de garantir le bon déroulement du projet.

Il est donc très courant que nous mobilisions un coach Agile afin de diffuser les bonnes pratiques au sein de l’équipe et de s’assurer que les concepts soient bien assimilés.

Cependant, dans le cadre d’un projet agile mené entièrement à distance, nous recommandons d’au moins proposer une formation agile à vos équipes afin d’assimiler les principes clés tels que les rituels, la notion de sprint, de priorisation, d’amélioration continue de l’équipe, les différents rôles et les responsabilités qui leur incombent, etc.

Bien qu’ils seront revus au démarrage du projet (qu’il s’agisse de la phase de découverte du projet ou via l’intervention d’un coach agile en complément), disposer de ce socle méthodologique accélère la montée en charge de l’équipe et améliorera la collaboration du groupe dans l’ensemble. Tout particulièrement lorsque les objectifs en termes de planning sont ambitieux.

En conclusion

Une fois de plus, l’organisation et les méthodes de travail des entreprises ont été mises à mal. Et encore une fois, il est possible de surpasser la difficulté. La distance et son impact sur les modes et la qualité de la communication peuvent s’avérer être un risque pour un projet Agile.

La maîtrise des bonnes pratiques, des rôles et des responsabilités de chacun est donc crucial pour appréhender sa place dans l’équipe, les attendus pour ensuite adapter le cadre de travail au contexte de chaque organisation. 

Chez ekino, c’est au travers de notre organisme de formation ekino.U que nous transmettons ce savoir-faire. Nos formateurs, experts dans les métiers du numérique construisent des programmes sur-mesure fondés sur des retours clients et l’expérience de nos équipes. 

Et il ne s’agit pas que d’Agile. La pandémie a accéléré le besoin de formations sur un grand nombre de domaines d’expertise en lien avec l’organisation et les processus opérationnels des entreprises. S’adapter devient donc crucial afin de rester compétitif.

Covid-19 : Quels outils pour répondre aux enjeux du e-commerce ?

Nous avons vu précédemment que la crise de la covid-19 a été un accélérateur de tendances. Avec l’évolution des modes de consommation de leurs clients, les entreprises n’ont pas d’autres choix que de s’adapter et donner la priorité à leur transformation digitale. La mise en place de solutions logicielles et d’outils agiles fait partie des […]

Lire la suite de Covid-19 : Quels outils pour répondre aux enjeux du e-commerce ?

Le secteur du e-commerce est sans conteste un des grands gagnants de la crise de la covid-19. Depuis le début de la pandémie, il a réussi à conquérir de nouveaux utilisateurs et réaliser des ventes records. On parle d’un taux de croissance en France multiplié par 4 par rapport aux 4 dernières années cumulées et d’une croissance mondiale aux alentours de 27% (e-commerce retail). Face aux restrictions sanitaires, les acteurs dits “traditionnels” se sont mis à vendre en ligne ou en click & collect, modifiant ou renforçant ainsi le comportement des consommateurs.

Nous avons donc interrogé Majdi M’Hanni, Consultant Sénior e-commerce chez ekino pour faire le point sur les nouvelles tendances côté entreprises et cyberacheteurs. Interview.

Covid-19 : Quel avenir pour l’événementiel ? Part 2

Passer d’un événement physique à digital : les clés du succès  La révolution est en marche et la mise en place de tel événement demande certaines expertises. Quelles sont les clés pour passer d’un événement physique à un événement digital ? Fayçal Lardidi : Au niveau du digital, toute la partie d’administration système, toute la […]

Lire la suite de Covid-19 : Quel avenir pour l’événementiel ? Part 2

C’est dans cette dynamique que nous avons rencontré Fayçal Lardidi, Manager, spécialiste de l’événementiel pour nous parler des enjeux et des perspectives de ce secteur en pleine révolution. À travers cet entretien en 2 parties (la suite ici), Fayçal nous livre les secrets d’un événement digital à l’ère de la covid-19. 

Les impacts de la covid-19 sur le secteur de l’événementiel 

L’événementiel ne sera plus jamais comme avant. Quels sont les gros challenges auxquels fait face l’événementiel aujourd’hui ? 

Fayçal Lardidi : Disons que l’événementiel est arrivé à un point assez culminant en 2019 avec énormément d’événements et beaucoup de croissance, pour se retrouver comme tout le monde, totalement sidéré par l’arrivée de la covid-19 et du confinement. Confinement qui a subitement donné un coup d’arrêt net à tous les événements. 

S’adapter et se réinventer. De nombreuses organisations l’ont bien compris et pris les mesures nécessaires pour digitaliser leurs événements. Mais ce nouveau modèle n’a pas été si facile qu’on ne le pense. Les organisations ont dû faire face à plusieurs défis. 

  • « Un des autres enjeux importants était de rendre le même effet “wow” mais en digital. »

Fayçal Lardidi : Il y a plusieurs challenges. Tout d’abord, un événement se monte vraiment sur le terrain, pour accueillir des gens en physique. Les ressorts pour capter l’attention au niveau du terrain sont assez classiques donc les professionnels de l’événementiel ont des habitudes. Et tout d’un coup, la question qui se pose est : “Vais-je pouvoir maintenir le même niveau de tension, le même niveau de captation de mon audience en étant à distance ?” tout en sachant que le digital est un univers qui leur est totalement inconnu. 

Un des autres enjeux importants était de rendre le même effet “wow” mais en digital : Comment maintenir un niveau de qualité pour faire passer les messages de mon client ? Comment accueillir correctement les gens ? Et surtout comment faire pour que le take out soit vraiment retenu ? Comment faire maintenant que je n’ai plus la possibilité d’accueillir les gens ? Tout ça a donné lieu à diverses expérimentations et le métier est en train d’arriver à maturité par rapport à toutes les tentatives qui ont été faites lors du 1er confinement. 

Une situation propice à l’émergence du digital 

Comment le digital permet de faire face à ces challenges ? 

Fayçal Lardidi : Avant, dans un événement, tu avais un lieu, tu étais bloqué sur une capacité d’accueil, et tu déroulais ton événement par rapport à cette capacité d’accueil. Tu animais cet événement sur une population bien précise. En digital, cette barrière explose. Tu peux désormais t’adresser à qui tu veux, soit au même nombre de personnes, soit tu profites du fait que le digital puisse accueillir plus de personnes, différentes populations, à différents moments. On se retrouve donc avec une multitude de possibilités. Le digital qui va permettre une croissance exponentielle des possibilités d’événements. 

  • « Tout part du storytelling. Le point commun entre le digital et le physique, c’est qu’on raconte quelque chose. On raconte l’histoire d’une marque. »

On n’est plus sur des événements aux typologies bien précises, mais sur des événements qui sont hybrides. Qui dit hybride, dit multiplication des possibilités. C’est vraiment la force du digital. Le digital est là pour enrichir un événement physique, et faire passer un message. Il n’est pas là pour se substituer au message. Il faut vraiment positionner le digital là où il doit être, comme quelque chose qui va permettre d’amplifier l’écho de son événement, changer sa nature. L’événementiel devient un métier hybride où il faudra, à la fois, réussir à marquer les esprits avec un événement physique, mais aussi qui – fort de ses expériences qui sont en train de se démultiplier – va pouvoir être enrichi par le digital. 

L’événementiel à l’heure de la covid-19 par Fayçal Lardidi

Avec l’arrivée de la covid-19, le monde de l’événementiel a été totalement bouleversé. Chaque année en France, 380 000 événements réunissent près de 77 millions de personnes générant un chiffre d’affaires de 34,5 milliards d’euros. C’est donc un pan important de l’économie française qui a été mis à l’arrêt. Depuis plus d’un an, les professionnels […]

Lire la suite de L’événementiel à l’heure de la covid-19 par Fayçal Lardidi

De nombreuses entreprises sont aujourd’hui prisonnières d’une infrastructure digitale obsolète. La transformation digitale d’un site web qui date de quelques années et qui ne correspond pas à votre vision actuelle de l’entreprise, demande à la fois de l’argent, du temps et, soyons honnêtes, un comité de direction favorable à un certain niveau de risque.

Mais pour réussir ce changement digital, il faut d’abord avoir une vision qui inclut une utilisation de l’environnement numérique à son maximum. Cela ne signifie pas que votre entreprise doit être entièrement gérée en ligne, mais qu’elle doit fonctionner de manière transparente, en corrélation avec la partie hors ligne, afin que les deux – en ligne et hors ligne – puissent exploiter de ce que l’autre apporte au projet.

Toutefois, les entreprises qui, il y a un an, disposaient d’un site web obsolète, se retrouvent aujourd’hui avec un double problème : il ne s’agit pas seulement de mettre à jour votre infrastructure numérique, il faudra également adapter votre stratégie commerciale (digitale) afin qu’elle soit mieux adaptée au changement de comportement des consommateurs qui s’est intensifié avec le confinement lié à la COVID. Dans cet article, on vous parle des nouvelles attentes des consommateurs, du fossé émotionnel, et des solutions pour opérer votre transformation digitale malgré la COVID-19.

Le comportement des consommateurs évolue

Au cours des dernières années, nous avons constaté un changement de comportement des consommateurs qui a été accentué avec le confinement. Le commerce en ligne (total biens hors services) a d’ailleurs généré 44,5 milliards d’euros sur les six premiers mois de l’année 2020. Soit une hausse de 13% par rapport au premier semestre de l’année 2019 (baromètre e-commerce sept.20 Kantar).

Cependant, non seulement nos habitudes d’achat et de consommation ont changé, mais elles ont également modifié notre perception des marques et notre attachement émotionnel à celles-ci. Cela a un impact sur l’intégralité du parcours client et peut avoir un impact positif ou négatif sur les utilisateurs qui achètent ou utilisent un service.

Les récentes études prosumers de BETC Fullsix nous montrent que les consommateurs sont partagés entre deux sentiments précis mais presque opposés. D’une part, le choix de certains repose sur la recherche d’une prise de position forte des marques, tandis que d’autres recherchent une attitude plus légère de leur part. Laissez-moi vous expliquer !

Engagement VS légèreté

Nous constatons que les consommateurs sont de plus en plus nombreux à demander aux marques de faire preuve de transparence et se montrer plus responsables de leurs valeurs, pratiques et produits. Les consommateurs veulent que les marques soient une source fiable de produits et d’informations, pour qu’en retour elles leur permettent de faire les bons choix en fonction de leur mode de vie.

Nous l’avons constaté chez nos clients du secteur de l’Hygiène individuelle (“Informez-moi de la meilleure façon de protéger ma maison et mes proches des germes”) et l’Épicerie (“Je veux être rassuré sur la qualité et la salubrité de vos produits”).

Nous constatons également qu’un nombre tout aussi important de consommateurs se détachent de ce même sentiment de responsabilité et se tournent vers des marques avec un ton plus léger à l’instar de TikTok, Buzzfeed, ou Apple qui a modifié son marketing pour le rendre plus divertissant avec les publicités #appleatwork. Cela ne veut pas dire que ces marques ne se soucient pas de leur image. Elles choisissent plutôt d’établir un lien avec le consommateur à un niveau émotionnel différent, ce qui lui permet de ne pas se sentir coupable de ses choix.

Le fossé émotionnel

Pour les entreprises, cela signifie que les comportements des utilisateurs, et donc leurs besoins, ont changé en quelques années, voire quelques mois. Si en tant qu’entreprise, vous n’avez pas encore répondu à ces nouveaux besoins, un fossé émotionnel s’est peut-être créé entre vos utilisateurs et les services digitaux que vous leur fournissez. En revanche, si votre infrastructure ou vos services digitaux étaient obsolètes au départ, ce changement de comportement a sans doute creusé davantage ce fossé.

Comment y remédier ?

Qui dit changement dit aussi opportunités. Si vos performances ont chuté – en ligne ou hors ligne – ou si vous cherchez à réorganiser votre infrastructure digitale pour la mettre simplement à jour, il existe des éléments que vous pouvez mettre en place pour que le changement numérique soit durable.

1. Collectez les données

Analyser les données de l’année passée permettrait de comprendre l’accélération du changement de comportement des consommateurs : il pourra être possible d’identifier les comportements pré-confinement et ceux pendant le confinement afin d’établir une tendance comportementale pour les prochaines années.

Examiner vos analyses et toutes les autres données disponibles en ligne (et hors ligne) est plus que jamais important pour comprendre comment vos utilisateurs ont changé de comportement au cours des derniers mois et comment vous pouvez adapter votre offre de services digitaux pour en maximiser le succès.

2. Créer une vision fondée sur des données concrètes

Créez des hypothèses pour votre vision future ou votre changement digital en vous basant sur les données recueillies auprès des utilisateurs. Avec des baisses ou des pics de performance, et la base de référence de l’utilisation ou du comportement passé et actuel, il est plus facile d’identifier les points faibles, les lacunes, les domaines d’opportunité et les besoins commerciaux actuels. Ces éléments peuvent aider à créer un cheminement futur fondé sur des preuves pour votre entreprise.

3. Test & Learn

Ce changement de comportement et l’évolution actuelle de l’attitude des utilisateurs constituent une bonne occasion de créer un environnement dans lequel les entreprises peuvent tester et apprendre de ces hypothèses avant de concrétiser leur vision. Une fois que vous avez établi une base de référence (idéalement passée et actuelle) et qu’il existe une hypothèse sur ce que pourrait être la future courbe de comportement, créez un environnement de travail flexible qui vous permettra de tester votre hypothèse et d’apprendre.

Maintenant ou jamais !

Il peut vous sembler contre-productif d’investir dans la transformation digitale si votre entreprise est peu performante. Mais si vous ne prenez pas en compte les besoins évolutifs de vos utilisateurs, il est probable que ces performances ne s’améliorent pas.

En vous attaquant au changement digital dès maintenant, vous pourrez affiner la vision de votre entreprise et définir une nouvelle trajectoire pour l’avenir. Mais surtout, vous pourrez créer un environnement facilement adaptable à des changements de comportement plus fréquents. Ainsi, vous réduirez les risques liés à la transformation digitale de votre entreprise et la protégerez pour l’avenir. Résultat : votre entreprise continue à évoluer en fonction des besoins de vos utilisateurs et vous maintenez des performances continues.

3 étapes pour une expérience client agile post-COVID-19

Après plusieurs mois à vivre avec la COVID, nous sommes nombreux à nous être habitués à un nouveau normal, affectant divers aspects de notre vie : notre manière de travailler, d’interagir avec l’espace et les gens qui nous entourent, ainsi que la construction d’un avenir incertain. De la même manière, beaucoup d’entreprises ont été touchées […]

Lire la suite de 3 étapes pour une expérience client agile post-COVID-19

Beaucoup de gens se demandent à quoi ressemblera l’avenir et même s’ils auront encore un travail à la fin de cette crise. Je veux donc axer cet article sur la créativité et sur la façon dont les marques contournent les problèmes auxquels elles sont confrontées en ce moment.

Mais il semble que tout le monde utilise le même rédacteur et le même directeur artistique et le même angle pour raconter leur histoire sur la façon dont ils sont là pour les gens, comme le montre cette vidéo.

Alors, comment trouver un angle différent pour vous démarquer ? Voici 5 conseils pour être créatif en temps de crise.

be creative

1. Le digital est la clé

Le digital n’a jamais été aussi important qu’à l’heure actuelle ; les gens confinés chez eux n’ont plus la liberté de faire du lèche-vitrine ou encore de se distraire. C’est le but du digital : permettre aux gens de sentir que la vie suit son cours et qu’ils peuvent toujours communiquer avec leurs amis et leur famille.

Cependant, nous pouvons aller plus loin et aider les utilisateurs à éprouver un sentiment d’appartenance, un sentiment de communauté et à pouvoir accéder à des produits et des expériences qui leur permettront de vivre leur vie aussi normalement que possible tout en étant confinés.

Des applications comme Zoom, Houseparty et Skype ont connu une hausse de 100 % de leurs téléchargements pendant cette période, ce qui montre que les gens cherchent des moyens encore plus nombreux et plus intéressants de communiquer entre eux.

Si vous vous demandez ce qui se passera après l’épidémie du Covid-19 et le confinement de toutes ces personnes qui adoptent de nouvelles technologies et qui commencent à travailler chez eux, jetez un coup d’œil à ces chiffres de Macy Bayern pour techrepublic.com : le nombre d’Américains participant au travail à distance a fait un bond de 159 % entre 2005 et 2017, selon le rapport.

Il est important de se rappeler que même si vous envisagiez de développer des applications, des services et/ou des plateformes que les gens utilisent encore sur leurs canaux habituels, ces “terrains de jeu”, comme Facebook, Instagram, Twitter, peuvent être d’excellents espaces pour communiquer. Vos plateformes et services existants peuvent être une énorme source de connaissances et d’inspiration pour examiner les données que vous accumulez de manière organique. Par exemple, recevez-vous plus de visites sur votre site que d’habitude ? Si oui, quels sont les pages et le contenu que les gens consultent ? Laissez-vous inspirer et n’ayez pas peur de prendre en compte ces retours d’expériences.

2. Détendre l’atmosphère

Beaucoup d’entre nous cherchent des occasions de sourire et d’être optimistes quant à la situation actuelle. Donc, en tant que marque, comment pouvez-vous répondre à ce besoin ?

Il existe de nombreux exemples de personnes qui offrent leur temps pour une grande cause, comme Joe Wicks, Jamie Oliver, David Attenborough, etc., mais il existe aussi de nombreuses marques qui soutiennent la cause et offrent des ressources et biens précieux pour produire des produits et services très demandés durant cette période, comme les ventilateurs de bâtiment McLaren et Dyson, par exemple.

C’est ce genre d’actions qui font sourire les gens et qui permettent aux marques d’être perçues comme éthiques et positives dans l’imaginaire collectif.

3. Une véritable raison d’être

Une véritable raison d’être peut vous rendre pertinent et montrer que vous êtes transparent. Cela permet aux consommateurs et aux utilisateurs de voir ce qu’il se passe au-delà des apparences, mais aussi de savoir si vous êtes le type de marque auquel ils veulent s’associer.

En tant que marque, il est très important de trouver votre raison d’être dans le monde. Cela aide votre public à comprendre qui vous êtes vraiment. Êtes-vous une marque qui souhaite apporter un soutien au niveau personnel, communautaire ou même au niveau planétaire ? Une fois que vous avez déterminé ce paramètre, dans quel espace cherchez-vous à opérer ? Si vous avez choisi le soutien personnel, qu’allez-vous faire pour les gens ? Envisagez-vous de vous occuper de la santé mentale, de financer le NHS (National Health Service) ou de faire du lobbying auprès du gouvernement, etc.

Si vous avez déjà choisi votre domaine d’action, AUJOURD’HUI est le moment de montrer à votre clientèle, à votre communauté et au reste du monde ce que vous faites.

N’oubliez pas qu’il y a deux façons de démontrer votre raison d’être:

  • L’envers du décor : Montrez aux gens ce que vous faites en interne pour résoudre un problème. Par exemple, en montrant votre laboratoire d’innovation en train de développer une façon inspirante d’utiliser et de réutiliser des matériaux durables, en montrant les dirigeantes de votre entreprise inspirant d’autres jeunes femmes, etc.
    À titre d’exemple, Budweiser s’est engagée à modifier l’ensemble de son processus de brassage et d’embouteillage pour qu’il soit à 100 % durable d’ici 2025. De votre côté, quels engagements pouvez-vous prendre ?
  • Vis-à-vis de l’extérieur : Montrez et parlez des entreprises durables avec lesquelles vous travaillez, montrez les effets de votre marque sur les autres, révélez des histoires que les gens peuvent regarder/écouter et s’en inspirer. Cela révélera une nouvelle facette de votre marque. À l’instar de Pantagonia qui fait un excellent travail grâce aux histoires qu’elle crée.

4. Soyez pertinent

Prenez part aux activités qui se déroulent pendant cette période, et trouvez des astuces pour faire exister votre marque et la rendre utile et pertinente. Exploitez une tendance, un mode de pensée, un mème ou une “sous-culture” que votre marque peut refléter et dont elle peut faire partie. À vous de jouer !

Alors les consommateurs passent plus de temps à la maison, posez-vous la question de savoir si vous êtes une marque qui peut exploiter la télévision, la cuisine, l’éducation des enfants, le sport à la maison, les solutions de travail à domicile, etc. Regardez et écoutez les utilisateurs pour comprendre les changements qu’ils traversent et reflétez-les dans la communication de votre marque.

La plupart du temps, si vous expérimentez un problème, une idée inspirante ou même si vous trouvez simplement quelque chose de drôle, c’est sans aucun doute que les autres s’y identifieront. Soyez pertinent, mais avant tout utile !

La dernière campagne de Nike, “Play for the world”, est un excellent exemple de marque qui exploite un problème auquel les gens sont confrontés en l’adoptant. Ils montrent qu’ils sont à l’écoute, et qu’ils apportent une solution, qui prend la forme de leur chaîne YouTube, désormais axée sur de l’entraînement à domicile.

Mais il n’est pas nécessaire que ce soit une grande campagne télévision ou un nouveau site, cela peut être :

  • De simples modifications de votre site web actuel basées sur les données des utilisateurs;
  • Une alerte qui informe l’utilisateur des mesures à prendre en fonction du contexte actuel;
  • Changer l’ordre de vos contenus pour mieux aider vos utilisateurs pendant cette période. Par exemple, des recettes pour des repas rapides et faciles pour les enfants pendant qu’ils sont à la maison, ou encore faire passer les activités pour enfants au premier plan.

5. Go big or go home!

Si vous aviez l’intention de changer de direction ou de pratiquer de nouvelles méthodes d’organisation pour une transformation, c’est le moment !

L’innovation en période de crise peut vous aider à résoudre un problème épineux, à mieux cibler votre public ou encore à créer un nouveau produit ou service qui peut vous faire passer, vous et votre entreprise, du statut d’acteur à celui de leader du secteur.

Il y a un excellent article de Mike Maddock dans Forbes qui, je pense, explique pourquoi les entreprises devraient investir dans l’innovation et la créativité et ne pas s’en passer maintenant.

Selon Mike Maddock; “L’objectif est de différencier votre offre de produits ou de services d’une manière simple. Par exemple, pour de nombreuses banques, la dernière récession a permis de répondre (enfin) au besoin de leurs clients de disposer d’une solution de banque en ligne simple”.

Passion led us here

Les gens recherchent des marques qui sont là pour eux, qui comprennent les problèmes auxquels le monde est confronté, et qui les soutiennent dans ce voyage un peu fou que nous entreprenons tous en ce moment. Avant la pandémie, si certaines marques affichaient leur raison d’être, c’est le moment de le démontrer et d’essayer de tirer parti des aspects positifs de cette situation.

Il est important de savoir si votre marque peut tirer parti des changements que nous vivons tous; le contexte environnemental, le fait que les gens ont plus de temps pour eux, plus de temps pour leur famille, l’importance des liens humains, etc.

Le moment est venu de faire preuve d’audace et de relever ce défi auquel nous sommes tous confrontés ! Si auparavant vous aviez du mal à vous démarquer parmi les marques existantes, profitez de cette période pour renouer avec vos utilisateurs, pour faire du bien dans le monde et utilisez votre marque et ses plateformes pour vraiment vous démarquer de manière créative.

Demain, travaillerons-nous dans un monde virtuel ?

De Matrix à Second Life Un peu d’histoire de Métavers. C’est en lisant les romans de William Gibson et de Neil Stephenson que j’ai pris conscience du concept du Métavers et des mondes de réalité alternative. Le Métavers de Stephenson est le concept d’un espace partagé, où les humains, en tant qu’avatars, interagissent les uns […]

Lire la suite de Demain, travaillerons-nous dans un monde virtuel ?