26/04/2024 8 Minutes read Innovation 

Innovation Durable : Le Nouveau Défi des Leaders

Dans un monde où l'innovation ne cesse de redéfinir les possibles, il est essentiel de s'entourer de leaders qui non seulement embrassent le changement, mais le pilotent avec une vision durable et responsable. Aujourd'hui, nous partageons un moment de réflexion avec Julie, Directrice conseil, et Hugo, CTO Web3 chez ekino. Ensemble, ils nous plongent dans l'univers de l'innovation responsable et nous dévoilent comment ils guident les entreprises à travers les défis de la transformation numérique tout en préservant un équilibre entre progrès technologique et enjeux écologiques et sociétaux. Engageons-nous dans cette exploration du rôle vital de l'innovation consciente dans la création d'un avenir plus prometteur et équilibré.

Face aux transitions écologiques et sociétales sans précédent, comment accompagnez-vous vos clients dans ces phases de changement et d’innovation nécessaires ?

Julie : Nos clients vivent aujourd’hui une période de changement et de transformation sans précédent. Ils sont confrontés à des transitions économiques, écologiques et sociétales majeures et inédites, les poussant à innover, à optimiser l’existant et à répondre à de nouveaux défis auxquels ils n’étaient pas préparés.

Face à ces enjeux d’une ampleur inédite, notre rôle chez ekino est de les accompagner non seulement dans l’exploration du champ des possibles, mais aussi dans la gestion du changement interne que ces adaptations requièrent. Nous adoptons une vision systémique, prenant en compte tous les facteurs et dimensions impactant leur activité, ce qui est crucial pour une transformation réussie.

Nous engageons également nos clients dans une démarche prospective pour explorer des futurs souhaitables, confrontant ainsi le connu à l’inconnu. En situation d’optimisation, nous les aidons à identifier des solutions innovantes à des problèmes existants. Cependant, face à l’inconnu, nous travaillons ensemble pour anticiper les nouvelles questions et envisager des réponses adaptées, projetant ainsi nos clients vers des avenirs plus lointains et les préparant à aborder efficacement leur transformation dès aujourd’hui.

  • « Le facteur humain est également à mettre au cœur de la réflexion pour assurer une vision 360 »

Tu parles d’une approche multidimensionnelle de l’innovation. Pourrais-tu expliquer ce que cela englobe et comment cela se traduit concrètement pour vos clients ?

Julie  : Oui, on a tendance aujourd’hui à associer innovation uniquement à IA. Chez ekino, nous considérons l’innovation sous toutes ses formes : technologique, organisationnelle, commerciale, etc. Cela signifie que nous abordons l’innovation non seulement en termes de produits et technologies, mais aussi en optimisant les modèles d’affaires et les processus internes associés. Le facteur humain est également à mettre au cœur de la réflexion pour assurer une vision 360. Cette démarche holistique permet à nos clients d’être mieux préparés et armés face au contexte de “permacrise” dans lequel ils opèrent.

Comment gérez-vous la responsabilité et l’impact de vos innovations ?

Hugo  : Notre approche se concentre sur deux aspects fondamentaux de la responsabilité. Premièrement, nous nous assurons que nos innovations ont un véritable impact positif sur la société et l’environnement. Cela passe par des évaluations précises pour vérifier que nos technologies, comme le Web3, apportent des améliorations tangibles plutôt que de simples avancées technologiques sans bénéfice réel. Par exemple, nos études comparatives ont montré que, dans certaines configurations, le Web3 peut effectivement réduire l’impact environnemental par rapport aux technologies traditionnelles, grâce à une meilleure architecture et des solutions innovantes.

Deuxièmement, nous veillons à ce que nos innovations ne soient pas “du vent”. Cela implique de prendre des décisions parfois difficiles, comme arrêter un projet si les résultats escomptés ne sont pas atteints, ou pousser plus loin l’innovation pour réaliser pleinement son potentiel. C’est une garantie que nous offrons à nos clients et à nos parties prenantes, que chaque innovation développée atteint son terme de manière responsable et efficace.

Comment mesurez-vous l’impact de ces projets et avez-vous mis en place de nouveaux indicateurs ?

Julie  : Chez ekino, nous avons intégré des KPIs qui ne se limitent pas seulement aux performances financières, mais englobent aussi des aspects environnementaux et sociétaux. Ces nouveaux indicateurs sont cruciaux, car ils nous permettent de mesurer l’impact réel de nos innovations sur différents fronts. Cela nous aide à valider l’efficacité de nos solutions de manière transverse et globale et à arbitrer sur les priorités. Cette approche nous permet d’être très réactifs et d’ajuster nos stratégies en temps réel, en s’assurant que les initiatives identifiées restent alignées avec les objectifs stratégiques mais aussi ceux ayant à trait aux dimensions sociales et environnementales.

  • « Le point de départ consiste souvent à lancer de petits projets pilotes, ce qui nous permet de cibler précisément les besoins et de tester des solutions dans un cadre contrôlé »

Quelles sont les stratégies clés qu’ekino utilise pour initier efficacement ses processus d’innovation avec ses clients ?

Hugo : Pour initier nos démarches d’innovation, nous adoptons une approche pragmatique et structurée. Le point de départ consiste souvent à lancer de petits projets pilotes, ce qui nous permet de cibler précisément les besoins et de tester des solutions dans un cadre contrôlé.

Cette stratégie de “test and learn” est essentielle : elle nous aide à déterminer rapidement les modifications nécessaires ou à décider si un projet doit être poursuivi ou non. Nous utilisons des KPIs et d’autres métriques spécifiques pour évaluer le succès de ces initiatives en temps réel, ce qui oriente nos décisions de manière objective.

En travaillant avec un client, nous nous efforçons d’identifier un sujet spécifique qui bénéficiera d’une petite itération initiale. Cette phase de test nous permet non seulement d’ajuster nos méthodes de travail de manière collaborative, mais aussi d’assurer que nos innovations peuvent être intégrées et adaptées à l’organisation du client. Cette approche facilite également l’apprentissage mutuel et la création d’un modèle de travail personnalisé, pouvant être documenté et reproduit dans le futur—ce que nous appelons parfois la création d’un “white book” de l’innovation.

Ce processus, intégrant étroitement l’intelligence collective, nous permet non seulement de répondre efficacement aux besoins immédiats, mais aussi de jeter les bases pour des améliorations continues et une intégration réussie des innovations dans des projets plus larges chez le client.

Y a-t-il des méthodes de design spécifique dans le cadre de projets innovants ?

Julie : Chez ekino, nous exploitons et développons des méthodes de design spécifiques adaptées aux besoins des projets innovants. Un exemple pourrait être est celui du design fiction, une méthodologie qui nous permet de nous projeter dans le futur à travers des scénarios et des artefacts. Cette méthode est alimentée par notre imaginaire collectif ainsi que par les expériences personnelles de notre équipe, ce qui nous aide à imaginer et à explorer des futurs possibles de manière concrète et immersive. Nous utilisons des méthodes comme le “concept knowledge” qui nous permettent de naviguer entre la théorie et la pratique, la connaissance et la conception.

Nous ne nous contentons pas de suivre les méthodes traditionnelles de manière rigide ; nous les enrichissons continuellement à partir de notre expérience accumulée sur divers projets. Cela implique d’adapter et de personnaliser notre approche selon les spécificités de chaque client et projet.

L’expertise d’ekino réside dans notre capacité à combiner et à adapter ces méthodes pour répondre de manière optimale aux défis spécifiques de chaque projet. Nous valorisons une approche pragmatique et flexible, où l’interaction entre la connaissance et la conceptualisation joue un rôle clé. Ce processus d’amélioration continue des méthodes à travers les expériences vécues sur les projets est fondamental pour nous, car il constitue la base de notre valeur ajoutée dans la réalisation de projets innovants.

  • « Le “design to cost” agit comme un catalyseur pour l’exploration et la flexibilité, permettant de naviguer agilement entre différentes avenues de développement et d’ajuster le périmètre du projet en fonction des objectifs stratégiques et des limites budgétaires »

Quel est le rôle du “design to cost” dans le cadre d’un projet innovant chez ekino ?

Hugo : Le “design to cost” est une méthode clé chez ekino, particulièrement adaptée aux projets innovants où les ressources sont limitées. Ce principe repose sur un budget contraint, ce qui nous pousse à maximiser l’efficacité tout en respectant les limites financières établies. Prenons l’exemple d’une entreprise qui dispose d’un budget de dix mille euros pour tester une nouvelle idée. Notre objectif avec le “design to cost” est d’aller le plus loin possible dans le développement et la validation de cette idée sans dépasser ce budget.

Pour cela, nous effectuons des itérations rapides et évaluons constamment les progrès par le biais de KPIs spécifiques mesurés à la fin de chaque phase du projet. Cette méthode permet non seulement de contrôler étroitement les dépenses, mais aussi d’évaluer en temps réel l’efficacité des stratégies adoptées. Si nous détectons que les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes ou si le coût risque de dépasser le budget sans une valeur ajoutée garantie, nous pouvons décider d’arrêter le projet plus tôt que prévu. Cela libère des ressources qui peuvent être réallouées à d’autres initiatives potentiellement plus prometteuses.

Ainsi, le “design to cost” agit comme un catalyseur pour l’exploration et la flexibilité, permettant à ekino de naviguer agilement entre différentes avenues de développement et d’ajuster le périmètre du projet en fonction des objectifs stratégiques et des limites budgétaires. C’est un outil essentiel pour garantir que nous investissons intelligemment dans l’innovation tout en minimisant les risques financiers.

Quelles sont les grandes tendances que vous anticipez pour 2024 dans le domaine de l’innovation technologique ?

Hugo : Pour 2024, nous anticipons une évolution significative dans plusieurs domaines clés de l’innovation technologique. Premièrement, bien que l’intelligence artificielle générative (IA GEN) ait atteint un pic de popularité, nous nous attendons à ce qu’elle entre dans une phase plus pragmatique. La fascination initiale laissera place à une évaluation plus réaliste de ses capacités et limitations. Cette transition est cruciale, car elle nous permettra de cerner les applications réellement viables de l’IA GEN, en identifiant où elle peut être efficace et où elle ne l’est pas. Cela nécessitera de repenser certaines attentes autour de l’IA et de se concentrer sur des cas d’usage concrets qui apportent une réelle valeur ajoutée aux entreprises.

Ensuite, pour ce qui est du Web3, après avoir traversé une période d’enthousiasme et de spéculation, nous voyons cette technologie s’approcher d’une phase de maturité où les applications pratiques commenceront à émerger, en particulier dans les domaines du marketing et de la gestion de la relation client (CRM). Le CRM 3.0, par exemple, promet de transformer la manière dont les entreprises interagissent avec leurs clients, offrant une gestion plus décentralisée des données et respectant davantage la vie privée des utilisateurs, ce qui est en parfaite adéquation avec les exigences actuelles en matière de RGPD et de confidentialité.

Enfin, nous sommes particulièrement enthousiastes par les progrès dans le domaine des interfaces cerveau-ordinateur (BCI). Ces technologies, qui permettent aux utilisateurs de contrôler des dispositifs par la pensée, commencent à devenir accessibles au grand public. Avec l’arrivée de nouveaux dispositifs comme les casques neuronaux qui peuvent interagir directement avec des machines, nous voyons un potentiel immense pour révolutionner des domaines tels que la réalité virtuelle, augmentée et mixte (VR, AR, XR). Ces avancées pourraient non seulement enrichir l’expérience utilisateur, mais aussi ouvrir de nouvelles voies pour l’accessibilité et les applications médicales.

Ces tendances marquent un tournant passionnant pour l’innovation technologique, où la viabilité, la responsabilité et l’accessibilité deviennent des critères aussi importants que l’innovation elle-même.

Comment ces tendances influencent-elles la stratégie de développement chez ekino ?

Julie : Ces tendances émergentes dans le domaine technologique jouent un rôle déterminant dans la formulation de notre stratégie de développement chez ekino. Elles orientent les domaines dans lesquels nous choisissons de nous positionner et les innovations que nous souhaitons explorer et tester avec nos clients. Par exemple, l’adoption croissante de l’intelligence artificielle générative nous a récemment conduits à collaborer avec un client du secteur du luxe pour déterminer comment cette technologie pourrait optimiser leurs processus métier et générer un impact tangible.

Notre approche consiste à accompagner nos clients à chaque étape de l’adoption de ces nouvelles technologies. Cela commence par l’identification précise des cas d’usage où ces technologies pourraient apporter la plus grande valeur ajoutée. Nous passons ensuite à la phase d’expérimentation, où nous travaillons ensemble pour développer, tester et affiner ces applications. Cette étape est cruciale, car elle nous permet d’apprendre de chaque interaction et d’ajuster nos solutions en fonction des retours et des résultats obtenus.

Enfin, la gestion du changement est un autre pilier essentiel de notre stratégie. Nous aidons nos clients à naviguer à travers les défis que peut présenter l’adoption de nouvelles technologies, telle que la résistance au changement interne. Nous facilitons ce processus en nous fondant en particulier sur notre expertise en sciences humaines et sociales. En connaissant les différents profils d’utilisateurs (bêta-testeurs, opportunistes, resistants…) nous pouvons assurer que les solutions développées sont mieux acceptées et efficacement intégrées dans les pratiques de l’entreprise.

En somme, ces tendances ne déterminent pas seulement les technologies sur lesquelles nous nous concentrons, mais façonnent également la manière dont nous engageons nos clients dans le processus d’innovation, garantissant que nos interventions sont aussi pertinentes et impactantes que possible.

  • « L’innovation infuse à la fois le marché par le développement de nouveaux produits, services et technologies (et le momentum que nous vivons sur la GenAI en ce moment en est un bon exemple) mais aussi (et surtout) la structure interne des entreprises et leur culture »

Si vous aviez un seul conseil destiné aux entreprises qui souhaitent initier un projet innovant, ça serait lequel ?

Julie : Prendre en compte l’innovation externe ET interne ! L’innovation infuse à la fois le marché par le développement de nouveaux produits, services et technologies (et le momentum que nous vivons sur la GenAI en ce moment en est un bon exemple) mais aussi (et surtout) la structure interne des entreprises et leur culture. Se renseigner et être au fait de l’innovation “externe” est essentiel pour répondre aux besoins changeants de ses clients et rester compétitifs. Cependant, cela est indissociable de l’innovation “interne”, où chaque collaborateur doit être encouragé à être un acteur clé du processus innovant.

Chez ekino, nous avons une culture d’innovation dynamique qui non seulement encourage, mais nécessite l’engagement de tous. Cela se traduit par des pratiques où l’innovation n’est pas simplement un département ou un projet, mais une valeur intégrée dans chaque aspect de notre travail. C’est cette approche holistique qui permet une véritable innovation collective, indispensable pour que nos solutions soient véritablement disruptives et profondément intégrées dans la structure et la culture de nos clients.

Hugo : Dans le monde des affaires, innover est essentiel pour deux raisons principales. Premièrement, l’innovation est cruciale pour la survie. Nous avons vu trop d’entreprises disparaître faute d’avoir su s’adapter à un environnement en constante évolution. Chez ekino, nous comprenons l’importance de rester vigilants, d’identifier rapidement les menaces et de transformer les défis en opportunités de croissance. Cela nécessite une capacité à évoluer rapidement, à anticiper les changements du marché, et à innover de manière proactive. La seconde raison, tout aussi fondamentale, est le développement.

L’innovation nous permet non seulement de survivre, mais aussi de prospérer en créant des avantages concurrentiels qui définissent notre avenir et celui de nos clients. C’est cette dualité entre la nécessité et l’opportunité qui guide notre stratégie d’innovation, poussant ekino à explorer continuellement de nouvelles frontières pour assurer notre croissance et notre pérennité.

Contact

Vous avez des questions ? Vous voulez en savoir plus sur l'innovation responsable ? ou bien vous avez un projet d'innovation sur lequel vous souhaitez être conseillé ?

Contactez-nous

Lire plus d’articles

  • 8 Minutes read par ekino paris

    Green IT : comment accélérer la transformation durable de votre entreprise ?

    Lire la suite
  • 8 Minutes read par ekino paris

    (Podcast) Conduite du changement - mettre l’humain au cœur de la transformation de l'entreprise

    Lire la suite