03/10/2022 7 Minutes read DesignTech 

Comment améliorer la collaboration entre designers et développeurs ?

Aujourd'hui, alors que les compétences et les domaines de l'industrie numérique ne cessent de se diversifier et de fusionner, la collaboration interservices est devenue un facteur clé de succès pour les entreprises. Si deux domaines sont particulièrement concernés, c'est bien le design et le développement. Dans cet article, nous souhaitons aborder le lien qui unit ces deux métiers, tous deux au cœur de l'expertise d'ekino, ainsi que leur capacité à collaborer.

Le lien entre designers et développeurs

Bien que les designers et les développeurs puissent sembler appartenir à deux mondes opposés, ils partagent au fond un objectif commun très concret : faire ce qu’il y a de mieux pour l’utilisateur. Ce qui les différencie, c’est avant tout leur vision, la manière dont ils envisagent et abordent les besoins auxquels ils viennent répondre.

D’un côté, les designers vont penser en termes d’expérience, de fonctionnalité et de convivialité. Cette réflexion conduira, entre autres, à la création de moodboards, de parcours utilisateurs, de wireframes et de prototypes, ainsi qu’à des tests utilisateurs, etc. À travers tout cela, le designer cherchera surtout à apporter des solutions en relation avec l’utilisateur, gardant à l’esprit ses besoins spécifiques.

Les développeurs, quant à eux, savent ce qui est techniquement faisable et ce qui ne l’est pas. Ils conçoivent des solutions en veillant à ce que le site ou l’application réponde au mieux à la vision du design et à ce qu’il y ait le moins de pertes possible. Bien que leur travail soit toujours au service de l’expérience utilisateur, leur attention se portera davantage sur la propreté du code, le produit étant envisagé sous un angle fonctionnel avant tout.

En somme, là où l’un imagine et ébauche une solution, l’autre est celui qui lui donne vie. Le produit final ne peut exister sans le plan imaginé par les designers, tandis que l’idée ne peut devenir une réalité digitale sans les développeurs qui la transforment en une solution tangible.

Pourquoi la collaboration au sein des équipes digitales est-elle si importante ?

Aujourd’hui encore, dans de nombreuses entreprises, les départements ont tendance à être cloisonnés, avec peu d’interactions entre eux. La crise du Covid et la généralisation du télétravail n’ont certainement pas aidé à lutter contre cela. Selon Humanis, depuis l’essor du télétravail, les principales difficultés rencontrées par les managers sont effectivement la réduction des échanges informels (pour 37%), et le maintien de la cohésion des équipes (36%).

Malgré le recours massif aux outils collaboratifs par les entreprises, avec une augmentation de près de 44% depuis 2019 (Gartner, 2021), cette nouvelle façon de travailler a rendu le maintien des liens collectifs plus compliqué. De ce fait, la collaboration au sein des équipes digitales représente un défi encore plus important, avec un nombre de risques affectant à la fois les individus et l’entreprise.

Tout d’abord, un important potentiel de productivité est perdu lorsque les équipes sont disjointes, qu’elles travaillent avec des outils différents et qu’elles manquent de visibilité sur les projets. Cela donne lieu à de nombreux allers-retours entre les personnes, à la duplication du travail, mais aussi à des retards, ainsi qu’à des problèmes de coûts et de production. Pire encore, des préjugés sur le rôle et le travail de chacun peuvent également apparaître en raison d’un manque de communication et de visibilité sur le travail des deux équipes.

Il peut s’agir d’une question d’habitude, de processus internes ou d’environnement de travail. Quoi qu’il en soit, le résultat est que la qualité globale du produit final se trouve souvent compromise.

Vers une approche collaborative entre designers UI et développeurs front

La notion de travail collaboratif semble toutefois être de plus en plus intégrée par les entreprises et valorisée par ses collaborateurs, comme en témoignent les regards croisés de nos experts en design et développement. Cela passe notamment par des solutions telles que l’amélioration des processus ou la mise en œuvre de pratiques diligentes qui viendront renforcer la coopération et la compréhension.

Cependant, au-delà des processus et des flux de travail en place, l’approche que nous préconisons chez ekino implique avant tout un travail de contextualisation. En effet, l’efficacité de la collaboration entre équipes dépend beaucoup de la capacité des individus à intégrer les besoins des uns et des autres dans leur démarche. Cela implique nécessairement un aspect humain et une certaine ouverture à l’autre.

Dans cette approche fondée sur le bon sens, nous nous concentrerons spécifiquement sur la collaboration entre les designers UI et les développeurs front-end, puisque ce sont eux qui interagiront le plus ensemble. Ainsi, voyons ensemble quelques-uns des points clés à prendre en compte afin de combler le fossé entre ces deux domaines.

Alignement

Comme nous l’avons évoqué, le manque d’alignement peut facilement prendre des proportions importantes, ouvrant la voie à la frustration et à l’inefficacité. Pour y remédier, une première condition essentielle est de s’assurer que chaque équipe est alignée sur les besoins, les rôles et les responsabilités relatifs aux objectifs.

Comme les processus placent presque toujours les designers en amont du développement, il est nécessaire d’impliquer les développeurs dès le départ. Lors des communications avec le client, par exemple, aussi bien les designers UI que les développeurs devaient participer au premier appel. De même, l’organisation d’une première réunion entre ces deux équipes afin de solliciter l’avis des développeurs en amont du design est de rigueur. Aussi simple que cela puisse paraître, c’est une manœuvre importante pour éviter d’éventuels retards ou mauvaises surprises au fur et à mesure de l’avancement du projet.

Chez ekino, lorsque le contexte le permet, nous favorisons notamment cette approche par le biais d’ateliers de co-construction avec l’équipe front-end. Tant ces ateliers encouragent la participation de tous, ils nous permettent de clarifier les visions dès le départ. Cela vaut également pour le partage régulier des prototypes du design avec les développeurs, ce qui permet de mieux anticiper les défis techniques potentiels.

Enfin, il convient de soutenir cette démarche d’alignement par la création d’un flux de travail ou d’une carte des processus décrivant chaque tâche, décision, décideur et points de friction potentiels. Une plateforme de gestion de projet est également un précieux allié dans cette optique afin de centraliser le travail.

Outils 

L’une des principales raisons au manque de collaboration à l’ère du numérique est que chaque département, voire chaque équipe, possède son propre écosystème numérique. Dans le cadre d’une démarche collaborative, il s’agira donc de sonder et d’auditer les préférences en termes d’outils, pour aboutir à la généralisation d’une solution commune.

Étant donné qu’ils sont généralement les premiers à intervenir dans le processus de développement du produit, la question porte davantage sur les outils utilisés par le design. Les designers UI ne peuvent se contenter de partager les spécifications, ressources, ou maquettes, etc. avec les développeurs front. Si ces derniers ont besoin d’outils qui leur permettent d’exprimer clairement leur vision, on constate que certaines solutions offrent davantage de fonctionnalités qui répondent aux besoins ultérieurs des développeurs.

En fin de compte, la question porte sur l’ensemble des outils utilisés au cours du projet, qu’il s’agisse d’outils de création, de prototypage, de gestion de projet ou de rapport et d’analyse, etc. Pour la création de wireframes, par exemple, on peut citer Figma, dont les kits d’interface utilisateur offrent une forme de cohérence et facilitent la communication via une source unique de vérité.

Il en va de même pour les canaux de communication pour suivre les progrès, partager des informations et des fichiers, et organiser des réunions. L’objectif sur la question des outils est de faciliter la collaboration, l’intégration et de garantir l’alignement des équipes. De la même façon qu’il est nécessaire d’adopter un langage commun, les équipes ont besoin d’un lieu de partage commun.

Formats des fichiers

Cette approche collaborative va toutefois au-delà du choix des outils et englobe également les livrables fournis, ainsi que leurs formats. Une fois le Design conçu, revu et validé, pour être remis aux équipes de développement, il n’est hélas pas rare que certains éléments se perdent dans la traduction.

Adopter une approche collaborative, c’est aussi promouvoir de bonnes pratiques en matière de transfert et de nommage des fichiers, d’exportation, de responsive design, de viewports, etc. Surtout pour les designers, il est important de pouvoir organiser et étiqueter systématiquement chacun de leurs livrables de manière cohérente et accessible. Cela permet notamment de limiter les erreurs lorsque les fichiers sont ensuite convertis par les développeurs front-end.

Communication & empathie

Les équipes ont beau partager les mêmes objectifs et travailler sur les mêmes outils, la collaboration ne peut exister si les gens se sentent étrangers et n’interagissent pas les uns avec les autres. Les personnes concernées ont besoin de visibilité sur le travail de chacun, y compris leur défis, objectifs et frustrations. En ce sens, il est important de placer les personnes au cœur des processus en maximisant les points de contact et en leur donnant la parole.

Comme évoqué plus tôt, il convient d’organiser régulièrement des réunions interfonctionnelles et d’impliquer les membres dans les processus affectant les différents départements. Tout comme les développeurs pourraient participer aux revues de design en amont du développement, les designers pourraient assister au sprint des développeurs.

Si cela implique une certaine volonté, cette initiative permet à chacun de suivre l’évolution du projet et de se familiariser avec le travail des autres équipes. De plus, ces interactions favoriseront l’entente collectif et permettront aux équipes de tisser des liens.

Partage de connaissances 

Enfin, le partage de la documentation et la création de connaissances joueront également un rôle essentiel. Ils facilitent la collaboration et aident notamment les nouveaux collaborateurs à s’intégrer et assumer leur rôle dès le premier jour.

Dans un premier temps, un rituel doit être instaurer pour partager les enseignements tirés des projets passés ou des tendances actuelles du secteur. Certains défis refont parfois surface sur différents projets, il s’agit donc aussi d’améliorer les pratiques et d’aider les personnes lorsqu’elles se sentent bloquées sur un sujet en cours.

Dans le cadre d’une approche collaborative renforcée, nous pouvons également envisager des sessions de partage de connaissances donnant l’occasion aux métiers de découvrir le travail de leurs collègues. Les designers, par exemple, auraient la possibilité de participer à des démos dans lesquelles les développeurs traduisent des intentions créatives en interfaces utilisateurs. Cela permettrait aux designers de découvrir les possibilités existantes en termes de technologie, et de renforcer un langage commun entre design et développement.

De même, les développeurs front-end pourraient bénéficier de sessions au cours desquelles ils seraient initiés au graphisme et à la théorie du design. Il en découlerait des profils plus prolifiques et plus complets, capables de s’adapter et de se rapporter facilement aux besoins des projets.

En conclusion

Que ce soit à travers les itérations que nous menons, les revues design ou les ateliers de co-construction, nous cherchons à favoriser cette collaboration design-développement tout au long du projet et de ses différentes phases.

Toutefois, pour pérenniser une telle approche, il s’agit aussi d’assurer son acculturation au sein de l’entreprise. Cela passe notamment par la réalisation de retours d’expérience et leur partage avec le reste des équipes (dans le cadre de réunions plénières par exemple). S’inscrivant dans une démarche d’amélioration continue, nous continuons à œuvrer pour renforcer nos processus et nos méthodes. Chaque projet est une source de nouvelles connaissances et permet de renforcer les pratiques en place.

Au final, le fait est que les designers et les développeurs sont tous deux indispensables au succès d’un produit. Ainsi, que ce soit par le biais d’outils, de la communication, de processus ou de flux de travail, toute tentative d’améliorer leur collaboration servira à la fois les personnes et l’entreprise.

Contact

Vous avez des questions sur les approches collaboratives entre designers et développeurs ? Vous voulez en savoir plus sur nos modes de travail chez ekino ? Ou vous souhaitez simplement discuter ?

Contactez-nous

Lire plus d’articles

  • 7 Minutes read par Lucie Noël

    Comment intégrer le design dans un projet Agile pour une meilleure collaboration Ingénieurs / Des...

    Lire la suite
  • 7 Minutes read par ekino paris

    Rapprocher designers, développeurs et client

    Lire la suite