31/05/2021 2 Minutes read

Covid-19 : Quel avenir pour l'événementiel ? Part 1

Avec l’arrivée de la covid-19, le monde de l’événementiel a été totalement bouleversé. Chaque année en France, 380 000 événements réunissent près de 77 millions de personnes générant un chiffre d’affaires de 34,5 milliards d’euros. C’est donc un pan important de l’économie française qui a été mis à l’arrêt. Depuis plus d’un an, les professionnels de l’événementiel n’ont pas d’autres choix que d’attendre avec angoisse les annonces gouvernementales pour entrevoir un avenir plus qu’incertain. Pourtant, certaines entreprises ont vu cette crise comme une opportunité pour se transformer et utiliser le digital comme un amplificateur.

événementiel

C’est dans cette dynamique que nous avons rencontré Fayçal Lardidi, Manager, spécialiste de l’événementiel pour nous parler des enjeux et des perspectives de ce secteur en pleine révolution. À travers cet entretien en 2 parties (la suite ici), Fayçal nous livre les secrets d’un événement digital à l’ère de la covid-19. 

Les impacts de la covid-19 sur le secteur de l’événementiel 

L’événementiel ne sera plus jamais comme avant. Quels sont les gros challenges auxquels fait face l’événementiel aujourd’hui ? 

Fayçal Lardidi : Disons que l’événementiel est arrivé à un point assez culminant en 2019 avec énormément d’événements et beaucoup de croissance, pour se retrouver comme tout le monde, totalement sidéré par l’arrivée de la covid-19 et du confinement. Confinement qui a subitement donné un coup d’arrêt net à tous les événements. 

S’adapter et se réinventer. De nombreuses organisations l’ont bien compris et pris les mesures nécessaires pour digitaliser leurs événements. Mais ce nouveau modèle n’a pas été si facile qu’on ne le pense. Les organisations ont dû faire face à plusieurs défis. 

  • « Un des autres enjeux importants était de rendre le même effet “wow” mais en digital. »

Fayçal Lardidi : Il y a plusieurs challenges. Tout d’abord, un événement se monte vraiment sur le terrain, pour accueillir des gens en physique. Les ressorts pour capter l’attention au niveau du terrain sont assez classiques donc les professionnels de l’événementiel ont des habitudes. Et tout d’un coup, la question qui se pose est : “Vais-je pouvoir maintenir le même niveau de tension, le même niveau de captation de mon audience en étant à distance ?” tout en sachant que le digital est un univers qui leur est totalement inconnu. 

Un des autres enjeux importants était de rendre le même effet “wow” mais en digital : Comment maintenir un niveau de qualité pour faire passer les messages de mon client ? Comment accueillir correctement les gens ? Et surtout comment faire pour que le take out soit vraiment retenu ? Comment faire maintenant que je n’ai plus la possibilité d’accueillir les gens ? Tout ça a donné lieu à diverses expérimentations et le métier est en train d’arriver à maturité par rapport à toutes les tentatives qui ont été faites lors du 1er confinement. 

Une situation propice à l’émergence du digital 

Comment le digital permet de faire face à ces challenges ? 

Fayçal Lardidi : Avant, dans un événement, tu avais un lieu, tu étais bloqué sur une capacité d’accueil, et tu déroulais ton événement par rapport à cette capacité d’accueil. Tu animais cet événement sur une population bien précise. En digital, cette barrière explose. Tu peux désormais t’adresser à qui tu veux, soit au même nombre de personnes, soit tu profites du fait que le digital puisse accueillir plus de personnes, différentes populations, à différents moments. On se retrouve donc avec une multitude de possibilités. Le digital qui va permettre une croissance exponentielle des possibilités d’événements. 

  • « Tout part du storytelling. Le point commun entre le digital et le physique, c’est qu’on raconte quelque chose. On raconte l’histoire d’une marque. »

On n’est plus sur des événements aux typologies bien précises, mais sur des événements qui sont hybrides. Qui dit hybride, dit multiplication des possibilités. C’est vraiment la force du digital. Le digital est là pour enrichir un événement physique, et faire passer un message. Il n’est pas là pour se substituer au message. Il faut vraiment positionner le digital là où il doit être, comme quelque chose qui va permettre d’amplifier l’écho de son événement, changer sa nature. L’événementiel devient un métier hybride où il faudra, à la fois, réussir à marquer les esprits avec un événement physique, mais aussi qui – fort de ses expériences qui sont en train de se démultiplier – va pouvoir être enrichi par le digital. 

Contact

Vous souhaitez aller plus loin et évaluer la digitalisation de votre projet événementiel ?

Contactez-nous

Lire plus d’articles

  • 2 Minutes read par ekino paris

    L’événementiel à l’heure de la covid-19 par Fayçal Lardidi

    Lire la suite
  • 2 Minutes read par ekino paris

    Covid-19 : Quel avenir pour l'événementiel ? Part 2

    Lire la suite