17/01/2022 5 Minutes read Accessibilité 

Les outils de surcouche d’accessibilité : si c’était si facile...

Les outils de surcouche d'accessibilité font régulièrement l'objet de controverses ces derniers temps. Fortement critiqués par la communauté de l'accessibilité, certains éditeurs sont même allés jusqu'à entamer des poursuites judiciaires pour dénigrement. Mais pourquoi ces outils sont-ils tant critiqués ? Que valent-ils vraiment ? Quelles sont leurs utilisations ? Dans quels contextes ? Et quelles sont leurs limites ? Nos experts en accessibilité vous apportent leur réponse.

*Les outils de surcouche d’accessibilité : si c’était si facile...

Qu’est-ce qu’un outil de surcouche d’accessibilité ?

Un outil de surcouche d’accessibilité est conçu pour détecter des défauts d’accessibilité et fournir des outils d’ajustement permettant d’adapter l’interface d’un site Web à l’utilisateur et à ses capacités.

Mis en place sous forme de plugins, de widgets ou de barres d’outils, ils appliquent un code source tiers (généralement JavaScript) pour effectuer des modifications côté client sans intervenir au niveau du code source du site. Ces outils permettent alors de personnaliser l’affichage des pages dans une certaine mesure en fonction de paramètres configurés par le client et selon ses besoins.

Que valent-ils vraiment ?

Que ce soit pour des raisons juridiques ou éthiques, les entreprises ont pris conscience de l’importance de disposer d’un site web accessible, mais elles n’ont malheureusement pas toujours les ressources ou les connaissances nécessaires pour le faire.

L’une des principales raisons de l’essor des outils de surcouche ces dernières années est leur facilité de mise en place pour rendre un site accessible. C’est du moins la promesse de marque des éditeurs qui développent ces solutions.

En effet, en adaptant l’affichage d’un site en fonction de paramètres définis, ces outils pratiques peuvent être utiles dans le cadre de certains besoins en matière d’accessibilité, principalement pour des déficiences visuelles ou cognitives.

  • Par exemple, en agissant sur le contraste des couleurs, ou la taille du texte, un outil de surcouche peut ajuster l’apparence d’un site compte tenu de déficiences telles que le daltonisme ou la dyslexie.
  • Un autre exemple est celui des personnes atteintes d’arthrose ou de la maladie de Parkinson, dont la situation les empêche de réaliser des mouvements fluides ou précis. Dans ce cas, un outil de surcouche peut effectivement adapter les zones cliquables en les rendant plus grandes et plus espacées, et donc plus accessibles. 

Mais si nos problèmes d’accessibilité pouvaient être résolus à l’aide d’un simple plugin, alors pourquoi cette solution fait-elle l’objet de tant de critiques au sein de la communauté de l’accessibilité ? 

Quelles sont les limites des outils de surcouche ?

Les outils de surcouche se limitent généralement à des fonctionnalités de base. Bien qu’ils puissent combler certaines lacunes en matière d’accessibilité, sans intervention au niveau du code, leur champ d’action reste très limité.

Leur impact porte essentiellement sur le confort d’utilisation dans le cadre de certaines incapacités chez l’utilisateur, mais il existe de nombreux scénarios et problématiques d’accessibilité auxquels ces outils ne peuvent répondre. C’est notamment le cas des personnes souffrant de déficiences visuelles, pour lesquelles les outils de surcouche ne sont pas toujours utiles. Sans parler des malvoyants, pour qui ils ne sont d’aucune utilité.

Par exemple, de nombreux sites sur lesquels nous naviguons peuvent contenir des images qui nécessitent une alternative textuelle (pour des descriptions de produits notamment). Inversement, le site peut également contenir des images décoratives qui devraient être ignorées. Le fait de ne pas pouvoir distinguer les images décoratives de celles qui nécessitent une alternative textuelle est un exemple typique des limites d’un outil de surcouche.

Une autre limitation pourrait porter sur du contenu tel que les champs de formulaires (notamment lorsque les informations obligatoires sont manquantes, ou si le format du champ est contrôlé). Faisant partie du contenu, ces éléments peuvent ne pas être affectés par les adaptations de l’affichage.

Dans ce deuxième cas de figure, on peut imaginer un candidat non-voyant qui, en raison de problèmes d’accessibilité, se trouve dans l’impossibilité de remplir un formulaire pour postuler à une offre d’emploi. Au-delà d’un défaut d’accessibilité, cela peut engendrer d’autres conséquences. Une partie de la population étant exclue, l’entreprise en question pourrait se voir accusée de discrimination.

Conflits avec les technologies d’assistance

Un autre risque est celui qu’un outil de surcouche vienne interférer avec des fonctionnalités déjà existantes via l’usage de technologies d’assistance.

En effet, les personnes handicapées ont généralement leurs propres technologies d’assistance préférées pour les aider à accomplir leurs tâches. Un utilisateur malvoyant qui utilise une loupe d’écran, par exemple, est susceptible d’utiliser la même loupe pour naviguer sur n’importe quel site et peut facilement l’activer et la désactiver.

En revanche, les outils de surcouche d’accessibilité ont leurs propres paramètres prédéfinis et ne se conforment pas aux technologies de l’utilisateur. Les configurations de son outil ne seront alors plus adaptées à son usage et l’utilisateur malvoyant devra soit changer d’approche, soit reconfigurer l’outil de surcouche, voire même abandonner sa navigation pour ne pas dérégler son paramétrage.

Certains outils de surcouche disposent également d’une fonctionnalité de lecteur d’écran, là où les technologies d’assistance le font déjà pour l’ensemble de l’ordinateur. Si un utilisateur aveugle peut aller sur le web et naviguer entre différents sites, c’est qu’il a très certainement déjà intégré des fonctions d’assistance dans son système. L’outil de surcouche n’apporte donc aucune valeur ajoutée et pourrait même interférer avec l’outil existant.

Confort vs. Accessibilité : un problème éthique

Si ces outils peuvent améliorer le confort d’utilisation de certains sites ou contribuer au respect de certaines exigences en matière d’accessibilité, la manière dont ils sont commercialisés constitue le principal problème.

Compte tenu du nombre de problèmes d’accessibilité que l’on peut rencontrer, les limites des outils de surcouche sont très larges. Sans modifier le code, comment est-ce qu’un outil de surcouche pourrait-il :

  • Prendre une image avec du texte intégré et l’agrandir de manière appropriée ?
  • Rendre un site web non responsive, responsive ?
  • Juger de la pertinence d’un champ de formulaire, d’un intitulé de lien, d’un titre, ou d’une image alternative, etc. ?
  • Sous-titrer des vidéos de manière satisfaisante ?

La réponse est simple : ce n’est pas possible. Beaucoup de problèmes dans l’accessibilité numérique ne peuvent tout simplement pas être résolus par une approche systématique et nécessitent un jugement humain.

Le problème des produits de surcouche est qu’ils peuvent faire croire aux parties prenantes qu’elles ont résolu leurs problèmes d’accessibilité en les utilisant. Vendu comme une solution d’accessibilité numérique « adaptée au handicap… » afin que les entreprises puissent « rendre leur site internet accessible au plus grand nombre… ». Il s’agit d’un discours ambigu qui semble négliger le véritable enjeu et la définition même de l’accessibilité.

Pour qu’un site web soit considéré comme accessible d’un point de vue juridique, quel que soit le handicap, il doit être évalué selon des critères basés sur le RGAA (Référentiel général d’amélioration de l’accessibilité)

​​Régulièrement mis à jour pour s’adapter à l’évolution du web, les obligations et les critères du RGAA constituent aujourd’hui la seule source de référence pour évaluer la conformité d’une page web au regard de la loi.

106 critères quantitatifs et qualitatifs doivent être respectés, concernant aussi bien des aspects visuels et techniques que le contenu. Comme les outils de surcouche d’accessibilité n’agissent que sur les styles CSS des sites sans intervention au niveau du code, il existe de nombreux critères sur lesquels il est techniquement impossible d’intervenir. 

Aussi efficaces soient-ils pour résoudre certains problèmes d’accessibilité, ces outils ne répondent pas aux exigences légales en matière d’accessibilité numérique. La réalité est qu’ils répondent plus à une question de confort d’utilisation qu’à une question d’accessibilité.

L’intervention humaine comme seule alternative viable.

Le fait est qu’il n’existe tout simplement pas de solution magique, universelle, pour relever le défi de l’accessibilité. Rendre un site Web accessible est un processus continu, qui doit être envisagé dès le début de tout projet.

En ce qui concerne ekino, une équipe dédiée accompagne les démarches nécessaires autour de l’accessibilité de manière spécifique et en fonction du contexte de chaque projet et client. De la phase de conception à la phase d’audit, il s’agit d’un travail collaboratif pour identifier des solutions adaptées selon les défauts d’accessibilité , ainsi que les blocages et les leviers d’action.

Toutefois, il convient également de garantir une autonomie future en matière d’accessibilité.

En effet, l’une des principales causes des défaillances en matière d’accessibilité est que les intervenants ne se soucient pas toujours d’entreprendre l’éducation et les changements de processus nécessaires à la création de produits accessibles. À cet effet, des actions de formation et de sensibilisation ainsi que la mise à disposition d’outils sont souvent proposées à nos clients pour permettre à leurs équipes de maintenir le niveau d’accessibilité atteint au cours du projet. 

Qu’il s’agisse de pérenniser un socle commun de connaissances autour de l’accessibilité numérique ou de réaliser des formations spécialisées pour des profils clés, ce travail de transmission doit pouvoir se poursuivre en interne afin d’assurer la pérennité des projets.

Parce que c’est un sujet qui nous tient à cœur, chez ekino, nous recommandons toujours à quiconque est impliqué dans le cycle de vie du développement logiciel de suivre un processus d’accessibilité approprié. Il n’y a pas de solution miracle en matière d’accessibilité. Il faut faire le nécessaire pour rendre votre site accessible à tous et améliorer ainsi l’expérience de chacun, et de tous vos clients.

Contact

Vous avez des questions, un projet ou tout simplement envie de discuter de l'accessibilité ?

Inscrivez-vous

Lire plus d’articles

  • 5 Minutes read par Sébastien Picq

    L’accessibilité, une panacée ?

    Lire la suite